accueil  
Accueil > BIENVENUE > Le patrimoine

L'HÔPITAL FRÉMEUR

C’est un monument unique dans tout l’ouest de la France et un des rares conservés en France. Il abrite sous un même toit un hôpital et une chapelle. Malgré l’évolution de certaines
parties de l’architecture liée aux adaptations d’un tel établissement, sur près de 500 ans de fonctionnement, l’édifice a conservé en grande partie sa structure initiale qui
remonte à la fin du 14e siècle ou au tout début du 15e siècle.

axonometrie

 

La répartition des trois espaces différenciés : « lieu de prière, lieu de soins et pièce d’habitation reste parfaitement lisible ».


La situation de l’Hôpital Frémeur est caractéristique des hôpitaux médiévaux. Il est situé en bordure d’agglomération, près d’un quartier populaire en bordure d’un ruisseau, le Frout-Veur ou Frémeur (grand ruisseau torrentueux appelé aujourd’hui Dourdu) afin de répondre à des questions d’hygiène, d’évacuation des déchets. Dans un premier temps, l’édifice s’est positionné de façon perpendiculaire au cours d’eau et l’a ensuite enjambé au 18e. Le ruisseau est aujourd’hui en partie recouvert.


Les quatre niveaux de la longère abritaient, au sous-sol : un entrepôt et les cuisines, au rez-de-chaussée : le dortoir des femmes, au premier étage : celui des hommes, au second les chambrettes aménagées au 18e siècle pour les contagieux et le personnel.


Particularité de la chapelle : elle ouvrait sur les salles de l’hôpital, permettant aux malades de suivre les offices sans avoir à se déplacer. une première tribune puis une seconde (ajoutée au XIXe s.) surplombent la nef, séparées du reste de l’édifice par des battants que l’on ouvrait lors de célébrations.

 

Historique du bâtiment

fremeur_facade_siecles

La présence d’armoiries ducales atteste, sinon d’une fondation, tout au moins d’une dotation ducale antérieure à 1491.


L’édifice a connu une reconstruction partielle entre 1523 et 1537. Il a été progressivement agrandi à partir de 1703 par le prolongement de la longère. Joseph Bigot, architecte finistérien, a restauré la chapelle de 1874 à 1876. La construction d’un hôpital aux normes hygiénistes, entre 1894 et 1902, tout à côté donnant sur la Place Saint-Michel, a permis de soulager le surpeuplement de l’Hôpital-Frémeur qui a continué d’accueillir des personnes âgées et des incurables jusqu’en 1976.


L’édifice conserve de son riche passé un mobilier intéressant : statues, autel du 18e siècle aux formes de sarcophage antique provenant de l’église Saint-Colomban, grand tableau de Saint-Vincent-de-Paul offert en 1837 pour rappeler l’accueil des enfants trouvés dans l’établissement, reliquaire, boiseries néogothiques et voûte peinte du 19e siècle.
Depuis 1976, l’édifice a été peu entretenu et a commencé à se dégrader. Propriété de l’hôpital jusqu’en 2002, il a été acquis par la Ville à cette date avec ses anciens jardins le long du Dourdu sur plus d’un hectare en pleine ville.

Inscrit sur la liste des Monuments Historiques en 1997, il a été classé Monument Historique le 25 mai 2004.


bouton-visite

Intérêt et caractéristiques

L´imbrication de trois espaces différenciés - lieu de prière, lieu de soins et pièces d´habitation reste parfaitement lisible. Dissimulés par des aménagements plus tardifs, notamment des lambris et des coffrages, la plupart des éléments d´origine tels que charpentes, cheminées, hagioscope ou poutres monumentales posées sur corbelets, sont conservés. Malgré quelques modifications au cours des âges, l’édifice a conservé intacte sa structure d’origine et la particularité de sa chapelle ouvrant sur les dortoirs.


Sur un même site urbain se côtoient des bâtiments représentants l’évolution sociétale et architecturale des conceptions hospitalières du moyen-âge au 19e siècle. La cohérence de l’ensemble porte un témoignage fort d’un patrimoine peu représenté en France.

Un monument en péril

fremeur2fremeur1fremeur3

 

Depuis la fermeture de l’hôpital en 1976, l’ensemble du bâtiment s'est dégradé et certains éléments comme la charpente ou les planchers menaçaient de s’effondrer. En péril éminent, un plan de sauvetage et de sauvegarde a été mis en place pour la Chapelle Saint-Eutrope et l’hôpital Frémeur tout en s’inscrivant dans un projet d’aménagement urbain. La première étape de ce chantier vient de s’achever. La Chapelle Saint-Eutrope est à présent hors de danger.

La toiture a été déposée puis refaite entièrement. « Des ardoises de 9 mm ont été installées en pose à pureaux décroissants avec des clous cuivrés. Elles sont plus larges en bas de la toiture. Cette irrégularité permet d’avoir des ombres portées et de donner un aspect plus esthétique » explique Stanislas Coudière de l’Agence de Ponthaud en charge de ce chantier. « Les passes-barres, éléments en plomb sur la toiture qui permettaient aux hommes de s’accrocher, ont été préservés. Élément nouveau, une chevronnière en pierre, taillée à la main, a été installée afin d’assurer l’étanchéité et d’apporter une note plus noble au bâtiment ». Un terrasson en cuivre permet également de redessiner le volume de la Chapelle et de l’oratoire.

À présent hors d’eau et hors d’air, la restauration intérieure de la Chapelle Saint-Eutrope peut commencer au sec.


L'hôpital médiéval abrité

Le chantier s’est maintenant décalé et installé au-dessus de la chambre haute de la grande salle et des chambres à l’Ouest. La couverture a déjà été déposée et a fait place à un bâtiment en très mauvais état. « L’état de péril était prévisible. Nous avons réalisé un diagnostic sanitaire de l’ouvrage afin de mettre en place les conditions de sécurité les plus adéquats pour réaliser le travail.» Le coût prévisionnel de restauration de l’ensemble de l’hôpital est élevé. Aussi, il a été décidé dans un premier temps de mettre hors d’eau et hors d’air l’édifice afin de stopper les dégradations causées par les intempéries. La maçonnerie sera également étayée sur tous les niveaux pour être maçonnée comme de la pierre sèche. Ce travail minutieux est confié à des compagnons spécialisés et passionnés par l’ouvrage afin de sauver ce joyau du patrimoine quimperlois.

Pour financer ce chantier, une souscription est proposée par la fondation du patrimoine et l’association « Les Amis de l’Hôpital Frémeur »


Egalement dans cette catégorie : « CHAPELLE SAINT-EUTROPE LE PRÉSIDIAL »